Football

Boudé par les six premiers clubs, mais peut-être pas par l’Angleterre : L’énigme Potter/Howe

Boudé par les six premiers clubs, mais peut-être pas par l'Angleterre : L'énigme Potter/Howe
102views

Alors que Graham Potter applaudissait les supporters visiteurs à Old Trafford après la première victoire de Brighton à Manchester United de son histoire, il savait que ce résultat, et la manière dont son équipe s’y était prise, avait fait grimper sa cote.

Lorsque les Seagulls ont battu United 4-0 à domicile la saison dernière, cela a été mis sur le compte des échecs du Red Devil. Cette fois, c’était une nouvelle aube à Manchester, et Potter a encore volé la vedette. Sa tactique est courageuse, son équipe est bien entraînée et même lorsque des décisions importantes sont prises à leur encontre, ils ne faiblissent pas.

On s’est demandé si les 20 fois champions d’Angleterre n’avaient pas fait une erreur en négligeant Potter pour leur propre poste de manager vacant lorsqu’ils ont licencié Ole Gunnar Solskjaer en novembre. La raison pour laquelle United n’a pas considéré l’entraîneur de Brighton pour le rôle est apparemment son manque d’expérience en Ligue des champions, une compétition à laquelle ils ne participent même pas cette saison.

LIRE PLUS :

  • La recherche d’un avant-centre par Manchester United est vouée à l’échec

  • Rabiot c’est Rabiot, Manchester United c’est Manchester United, Bountys c’est Bountys

  • Brighton 6/1 pour finir dans les six premiers*.

Au lieu de cela, ils ont emprunté la voie compliquée de la nomination de Ralf Rangnick en tant que patron intérimaire, avant qu’Erik ten Hag n’obtienne le poste cet été, l’Autrichien ayant refusé de prendre son rôle de consultant. Mais la décision de United d’éviter le manager anglais ne se limite pas au club d’Old Trafford. Le club a peut-être payé le prix fort lors du week-end d’ouverture, mais cette décision d’éviter les managers britanniques se retrouve dans tout le top 6.

Le dernier manager britannique de Manchester City était Stuart Pearce en 2007, celui de Tottenham était Tim Sherwood en 2013, celui de United était David Moyes en 2014, celui de Liverpool était Brendan Rodgers en 2015, et Frank Lampard est devenu le premier manager britannique en 23 ans à Chelsea en 2019.

Seul Liverpool, qui a eu Jurgen Klopp à sa tête depuis Rodgers, et qui a précédemment employé Roy Hodgson et Kenny Dalglish, peut prétendre avoir donné une chance aux managers britanniques. Aujourd’hui, il semble que la tendance à employer des managers étrangers soit à son comble, suite au succès de Pep Guardiola et Klopp en Premier League. En vérité, il est difficile d’imaginer que cela puisse changer.

Il fut un temps où l’élite des managers britanniques était liée au poste d’Everton, mais maintenant que les Toffees se sont éloignés, il semble encore plus difficile pour ces patrons de combler ce fossé. Potter est sans doute le meilleur de la bande actuelle à l’heure actuelle, mais la seule autre façon de percer le big six est de le faire avec un club “outsider”.

Eddie Howe, qui sera sur le banc opposé à celui de Brighton face à Newcastle cet après-midi, semble pouvoir faire des merveilles à Newcastle United. Après avoir obtenu de bons résultats à Bournemouth, il se trouve maintenant dans un club doté d’une grande puissance financière et qui pourrait perturber l’élite au cours des prochaines années. Mais même s’il le fait, est-ce qu’un des clubs de Manchester lui offrirait un poste important ?

C’est là qu’il y a une légère disparité entre les “six grands” et l’équipe nationale. Pour beaucoup, Potter est le choix préféré pour faire suite au travail incroyable réalisé par Gareth Southgate, tandis que Howe est également une option décente. Ces deux managers anglais sauteraient sûrement sur l’occasion de diriger les Three Lions dans quelques années, surtout si leur chemin vers la Ligue des champions est toujours bloqué par des entraîneurs étrangers.

Il y a d’autres voies que l’Angleterre pourrait emprunter. Lee Carsley est en charge des moins de 21 ans, Sean Dyche est au chômage après avoir quitté Burnley, et Steve Cooper fait ses premiers pas en première division avec Nottingham Forest. Ayant déjà travaillé avec les équipes de jeunes de l’Angleterre et recherché la Colombie lors de la Coupe du monde 2018, le Gallois pourrait ne pas être aussi opposé au poste de titulaire que certains le pensent au départ.

Avec Steven Gerrard et Frank Lampard qui acquièrent également de l’expérience en Premier League, cette nouvelle vague de managers britanniques se voit offrir des opportunités de performance. Potter et Howe sont les meilleurs de la bande, mais le plafond de verre de la septième place doit être supprimé s’ils veulent réaliser leur plein potentiel au niveau national.

*18+ Attention aux jeux d’argent