Football

La misère de l’Angleterre en Coupe du monde contre les États-Unis est difficile à lire.

La misère de l'Angleterre en Coupe du monde contre les États-Unis est difficile à lire.
42views

Pour la troisième fois seulement dans l’histoire de la Coupe du monde masculine, l’Angleterre affronte les États-Unis d’Amérique ce soir. Il s’agit d’une rivalité assez amicale qui remonte à des siècles et, de la Boston Tea Party au climat politique dramatique d’aujourd’hui, les deux nations ont été intrinsèquement liées au fil des ans.

Mais, bien que les deux équipes masculines se disputent le nom du sport lui-même, elles ne se sont rencontrées que deux fois en Coupe du monde, l’une d’entre elles étant l’un des matchs de Coupe du monde les plus célèbres de tous les temps.

1950 – L’Angleterre est assommée lors de la première Coupe du monde.

L’Angleterre s’est présentée à la Coupe du monde 1950 comme un pays prêt à bouleverser le monde. Ils allaient montrer au monde qui était le patron. Bien sûr, les Three Lions n’avaient pas pris la peine de se présenter aux éditions de 1930, 1934 ou 1938, mais dans les années 50, ils ont compris que cette fête valait la peine d’être vécue.

Menée par Walter Winterbottom, l’Angleterre se présente avec l’ambition de tout gagner. Ils avaient battu l’Italie 4-0 et le Portugal 10-0 et étaient considérés comme les rois du football à l’époque.

LIRE LA SUITE :

  • Crainte & ; dégoût à Old Trafford : Man United arrive à un moment charnière de son histoire

  • Cinq grands chocs de la Coupe du Monde

  • Le Japon choque le monde avec la victoire de l’Allemagne

Dans un groupe comprenant l’Espagne, les Etats-Unis et le Chili, ils auraient dû s’emparer facilement de la première place. Après avoir battu le Chili 2-0 lors du match d’ouverture, l’Angleterre était sur la bonne voie, jusqu’à ce qu’elle rencontre les Américains.

Portant les désormais célèbres maillots bleus, l’Angleterre battait le but américain, touchant deux fois le poteau dans les premiers instants. Mais à la demi-heure de jeu, Joe Gaetjens se saisissait d’un tir de loin et trompait Bert Williams pour donner une avance de 1-0 aux Etats-Unis.

En entendant la nouvelle à la radio locale, les Brésiliens se sont précipités dans le stade pour encourager les outsiders. A chaque attaque anglaise ratée, les locaux rugissaient, et les Three Lions ne parvenaient pas à trouver le chemin des filets.

C’était et c’est toujours l’une des plus grandes surprises sportives de tous les temps. À l’époque, elle a à peine fait parler d’elle aux États-Unis, compte tenu du manque d’intérêt pour ce sport, mais elle est aujourd’hui regardée avec tendresse, surtout depuis que les États-Unis ont accueilli la Coupe du monde en 1994.

C’était une mauvaise année pour les Trois Lions, qui ont été éliminés en phase de groupe après avoir perdu contre l’Espagne.

2010 – Le désastre de Rob Green à Rustenberg

60 ans plus tard, l’Angleterre aborde la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud avec un changement de tactique. La génération dorée a échoué, tout comme Steve Mclaren, et le disciplinaire Fabio Capello est arrivé.

Le patron italien a interdit le ketchup, le beurre et toute forme de divertissement dans le camp, mais cela a semblé fonctionner puisque l’Angleterre est restée invaincue pendant les qualifications. Ce nouveau régime strict est parfait pour remettre les joueurs en forme… jusqu’à ce qu’ils atteignent la Coupe du monde.

Après s’être retranchée dans son camp d’entraînement, l’Angleterre entame sa campagne contre les Etats-Unis à Rustenberg. Après quatre minutes de jeu, Emile Heskey sert Steven Gerrard et le capitaine de l’équipe d’Angleterre marque le but de l’entrée en lice des Three Lions, même si les téléspectateurs d’ITV HD n’ont pas pu le voir. A la place, ils ont pu voir une publicité pour une voiture, mais au vu de la suite du match, ils auraient souhaité que le match ne soit jamais repris.

Juste avant la pause, Clint Dempsey effectuait un tir à bout portant qui passait entre les jambes de Rob Green dans le but anglais. Malgré son plongeon désespéré, le ballon franchissait la ligne.

L’Angleterre se contentait d’un match nul et bien qu’elle soit sortie du groupe, cette Coupe du Monde n’a jamais démarré. Ils ont été éliminés par l’Allemagne en huitièmes de finale après que le fameux but de Frank Lampard n’ait pas été accordé.

C’est tout pour les rencontres masculines, mais les femmes se sont également rencontrées lors d’une Coupe du Monde auparavant.

2019 – Demi-finale perdue pour les Lionnes

Les États-Unis sont peut-être des petits joueurs chez les hommes, mais les femmes sont au sommet du monde. Elles ont remporté la Coupe du monde quatre fois et en 2019, elles ont brisé le cœur des Anglaises.

L’équipe de Phil Neville s’est battue jusqu’au dernier carré et on croyait sincèrement qu’elle pouvait aller jusqu’au bout.

Lucy Bronze a été absolument remarquable, mais en demi-finale, ils ont été péniblement battus par les États-Unis.

Christen Press leur a donné l’avantage avant qu’Ellen White n’égalise. Puis vint le but victorieux d’Alex Morgan et la célébration emblématique du “thé à boire”.

Cela a déclenché le drame en ligne, mais il y avait encore du drame à venir sur le terrain. L’Angleterre obtenait un penalty en fin de match et la capitaine Steoh Houghton s’élançait mais voyait sa tentative repoussée.L’Angleterre n’a toujours pas battu les États-Unis en Coupe du monde, après une défaite 3-0 en 2007.