Courses de chevaux

La Reine Elizabeth II : une vie en course

La Reine Elizabeth II : une vie en course
81views

La mort de Sa Majesté la Reine, jeudi, a endeuillé notre monarque au règne le plus long et le monde des courses hippiques a perdu son plus grand ami.

Alors que des hommages sont rendus dans le monde entier, nous nous penchons ici sur sa passion pour le “sport des rois”, un sport que notre reine adorait, et nous revenons sur certains de ses grands chevaux au cours de ses 70 ans de règne.

Malgré sa disparition, son héritage perdurera dans les courses hippiques grâce aux chevaux qu’elle a élevés et aux courses qui portent son nom, comme les Queen Elizabeth II Stakes à Ascot le jour des champions et la course du même nom en Australie.

Présente presque en permanence lors des grands événements hippiques tels que le Derby et le Royal Ascot, Sa Majesté était souvent vue avec un sourire radieux, manifestement à l’aise, discutant avec ces belles bêtes. Il est donc très révélateur qu’elle ait été contrainte de manquer ces deux événements cette année.

La procession royale, à 14 heures précises tous les jours de Royal Ascot, était aussi synonyme de la réunion que les courses de chevaux elles-mêmes.

Les célèbres soies écarlates, pourpres et noires avec des galons dorés ont été portées à la victoire plus de 1800 fois et ont permis à la Reine d’être couronnée Championne des propriétaires à deux reprises, en 1954 et 1957, après un premier succès grâce à Monaveen à Fontwell en 1949. Son dernier coureur, Improvise, a été battu d’une courte tête à Epsom jeudi après-midi.

”Elle était juste normale” : Derek Thompson, légende des courses, rend hommage à la Reine Elizabeth.

Parmi ces gagnants, on compte cinq vainqueurs de classiques, bien que le Derby lui ait malheureusement échappé. Il y a également eu 24 gagnants à Royal Ascot, Estimate ayant remporté la Gold Cup en 2013. Une statue de la jument entraînée par Sir Michael Stoute se trouve dans le parc du domaine de Sandringham.

Après son couronnement en 1953, elle a immédiatement repris le Royal Stud à Sandringham de son défunt père, le roi George VI, ayant développé son intérêt pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a un œil vif pour un cheval et discute à huit avec leurs entraîneurs et palefreniers en ce qui concerne leurs traits mentaux et physiques. Propriétaire s’intéressant de très près à tous les aspects de ses pur-sang, on la voyait souvent aux courses avec son directeur des courses et conseiller en matière d’élevage, John Warren.

Son amour pour les pur-sang était tel que Warren avait déjà déclaré : ” Je suis sûr que si la Reine n’avait pas été élevée pour être monarque, elle aurait trouvé une vocation avec les chevaux. C’était tout simplement dans son ADN”.

Voici une rétrospective de ses meilleurs chevaux au cours de ses soixante-dix ans en tant que Reine Elizabeth II.

ESTIME

Sir Michael Stoute et Ryan Moore ont fait équipe pour le succès le plus mémorable de la Reine à Royal Ascot lors de l’Ascot Gold Cup 2013, devenant ainsi le premier monarque régnant à remporter le prix principal depuis 207 ans.

Il s’agissait de la deuxième victoire consécutive de la jument à ce meeting, après avoir remporté le Queen’s Vase l’année précédente.

La jument de quatre ans a fourni un effort considérable sur le plus long parcours qu’elle ait jamais entrepris, tenant d’une encolure le raider irlandais Simenon, dans des scènes de triomphe et de jubilation dans la loge royale.

Estimate s’est retirée en gagnant cinq de ses treize courses et 375 000 £ de prix. A ce jour, elle a produit trois poulains avec neuf victoires à eux trois.

Estimate QEIIjpg

DUNFERMLINE

Le jubilé d’argent de la Reine en 1977 a été couronné avec style par deux succès classiques grâce à une autre jument brillante, Dunfermline.

Au printemps, elle a pris le dessus sur Freeze The Secret, monté par le père de Frankie Dettori, Gianfranco, dans les 1000 Guinées à Newmarket.

En septembre, elle a augmenté son parcours de trois quarts de mile et a remporté le St Leger à Doncaster en prenant le dessus sur le grand favori Alleged. C’était la seule défaite de sa carrière.

HIGHCLERE

Plus tôt dans les années 70, la Reine avait déjà possédé une double héroïne classique.

Highclere remporta les 1000 Guinées à Newmarket en 1974 avec ses premières œillères, entraîné par Major Dick Hern et monté par Joe Mercer.

Highclere a ensuite traversé la Manche pour remporter le Prix de Diane (French Oaks) où Sa Majesté était un invité d’honneur. La jument a confortablement remporté son deuxième classique dans de grandes scènes de célébrations.

Le nom de Highclere, bien qu’il s’agisse d’un château situé près de Newbury, est toujours synonyme de courses hippiques en tant que titre d’un groupe de propriétaires éminents, comptant des célébrités et des membres de la royauté parmi les membres de leur syndicat.

L’APOGÉE DE LA MODE

Height Of Fashion, une fille de Highclere, a gagné trois courses de groupe lors de sa campagne juvénile sans défaite pour la Reine en 1981.

AyantGagnante des Princess Of Wales’s Stakes à trois ans, Height Of Fashion a ensuite été vendue comme poulinière au Sheikh Hamdan Al Maktoum, où elle a gravé son nom dans le folklore des courses.

Sous le nom du Sheikh, Height Of Fashion a produit certains des noms les plus prestigieux du sport, tels que Nashwan, Nayef et Unfuwain, et la famille a également produit d’autres descendants talentueux, comme les gagnants classiques Eswarah et Ghanaati.

Bien que ces chevaux aient été élevés au Darley Stud, ils pouvaient tous remonter à la jument de la Reine, élevée elle-même au Royal Stud de Sandringham.

CARLTON HOUSE

Carlton House a été le plus proche de donner à Sa Majesté une victoire de rêve au Derby.

Bien qu’Aureole ait terminé deuxième en 1953, Carlton House n’a été battu que d’une longueur par Pour Moi lors de la course de 2011.

Bien que la Reine ait élevé un grand nombre de ses chevaux, Carlton House était un cadeau de son grand ami, Sheikh Mohammed, souverain de Dubaï.

Après avoir remporté le Dante à York au mois de mai précédent, le cheval de trois ans entraîné par Sir Michael Stoute était la grande vedette de la période précédant le classique.

Après avoir débuté sa carrière de 4 ans par une victoire à Sandown dans les Brigadier Gerrard Stakes, Carlton House s’est lancé dans une carrière en Australie, portant toujours les soies des Queens avant de prendre sa retraite en 2014.