Ligue de rugby

La suspension de dix matches de Will Pryce, Toulouse va bien se comporter et la recherche d’un entraîneur pour Leeds

La suspension de dix matches de Will Pryce, Toulouse va bien se comporter et la recherche d'un entraîneur pour Leeds
196views

Il est facile d’être indigné de voir le jeune talent le plus excitant de la ligue de rugby banni pour un tiers de la saison, mais que pouvait faire d’autre la RFL avec Will Pryce ?

La tête d’affiche de la Super League porte les espoirs d’un sport qui cherche désespérément à percer en cette année de Coupe du monde, mais il va devoir purger une suspension de dix matches pour son tacle horrible contre le Hull FC.

Pourtant, au cours d’une saison déjà assombrie par des suspensions excessives prononcées par le panel disciplinaire de la RFL, celle-ci n’en était pas une.

Il n’y avait pas de malice, pas de préméditation, pas d’intention de blesser, mais en fin de compte pas d’option pour la RFL. Le tacle – un lancer dangereux qui a violemment fait basculer Conor Wynne sur la tête – est un accident horrible, désordonné, qui aurait pu mettre fin à la carrière de l’homme de Hull. Si un tacle méritait une longue suspension, c’était celui-là. Et Pryce le sait. En fait, il l’a su tout de suite, en serrant la main du joueur et en s’excusant immédiatement. Il s’est juste trompé.

Le père de Will, la légende britannique Leon Pryce, m’a dit ce week-end, avant même le verdict du jury, que son fils devait simplement apprendre et qu’il le ferait après ce premier échec majeur de sa jeune carrière prometteuse.

En tant que fan de la ligue, la frustration est de voir le sport privé pendant une longue période de l’un de ses atouts les plus commercialisables. Mais ce genre de choses n’entre pas dans l’équation lorsqu’il s’agit de déterminer quelle punition correspond à un crime. Et cela ne devrait pas être le cas. Et la gravité ou non d’une blessure ne devrait pas non plus entrer en ligne de compte. Le fait que Wynne aille bien n’a aucune incidence sur ce qui aurait pu se passer.

J’ai été extrêmement frustré par ce qui est arrivé au sport que j’aime cette saison, avec tout contact dangereux ou inopportun frappé d’une énorme suspension, changeant finalement le visage d’un jeu qui comporte toujours un risque énorme quand il est joué avec la vitesse et la physicalité qu’il est.

Mais vous ne pouvez pas mettre l’interdiction de Pryce dans le même sac que cet argument. Il s’agissait d’une très mauvaise décision qui aurait pu avoir des conséquences graves et changer la vie du joueur et qui devait être traitée en conséquence. D’autant plus que Pryce avait commis une infraction similaire lors d’un match de l’Académie l’année précédente.

Loin de la discipline, et après avoir utilisé la rubrique de la semaine dernière pour comparer la grandeur respective de Leeds et de St Helens, nous nous retrouvons une semaine plus tard avec les Saints qui ont perdu pour la première fois de la saison et les Rhinos qui ont perdu leur entraîneur principal après une autre terrible défaite.

Les Saints ont été les premières victimes de Toulouse en Super League, un résultat que personne n’avait vu venir. Pas même Sylvain Houles lui-même, l’entraîneur de Toulouse l’a admis. Un jour sans pour les champions sans aucun doute, mais je suis convaincu que c’est aussi un signe de ce dont les Français sont capables et je reste aussi confiant qu’avant le début de la saison qu’ils ne seront pas relégués.

Ayant travaillé avec Toulouse lors de leur saison de promotion en Championnat l’année dernière, ce qui était évident était à la fois la passion et la force du soutien pour le projet qu’ils ont mis en place. Quelques mauvais résultats n’y auront rien changé et battre la meilleure équipe de la compétition est le plus opportun des encouragements. Je pense que l’équipe toulousaine qui a remporté le titre de champion aurait été assez performante en Super League l’année dernière.

Agarjpg

Le début de leur première saison de Super League n’aurait pas pu être pire, puisque la star Mark Kheirallah et le capitaine Johnathon Ford ont tous deux quitté le club en raison de leur position sur la vaccination contre le covidium. Aucun joueur non vacciné ne peut jouer en France, et Toulouse a vu sa pré-saison fortement perturbée à cause de cela.

Aucun mauvais départ n’est dû à une seule raison, mais celle-ci a été assez importante. Chaque jeu à l’entraînement est passé par ces deux-là, et pendant le premier mois de la saison, l’équipe a clairement été perdue, entraînée avec les anciens jeux, mais avec une équipe de meneurs de jeu complètement nouvelle maintenant en charge. C’est un peu comme si les Spurs perdaient Kane et Son à la veille d’une saison de Premier League et qu’on attendait d’eux qu’ils marquent des buts dès la première semaine. Maintenant qu’ils ont leur nouvel axe qui prend leurs propres décisions, je m’attends à ce que Toulouse surprenne quelques autres équipes.

La grande nouvelle de la semaine a été le départ de Richard Agar de son poste d’entraîneur principal à Leeds. L’écriture n’aurait pas pu être plus audacieuse sur le mur, et quand Agar a quitté la salle de conférence de presse à l’AJ Bell Stadium de Salford vendredi soir dernier, il était clair qu’il était en route. Comme je l’ai écrit à l’époque, je ne me souviens pas avoir vu un entraîneur sportif aussi déconcerté par le manque de réaction de ses joueurs.

Avec cinq défaites en six matches, l’équipe d’Agar, qui a coûté très cher, doit se ressaisir et prendre le contrôle de la situation.la responsabilité d’avoir coûté son poste à leur entraîneur. L’homme de 50 ans était visiblement dévasté en abandonnant son rôle de rêve, mais il savait que c’était le seul espoir de sauver une saison qui promettait tant avant que le cauchemar ne s’installe.

Même le directeur général Gary Hetherington admet qu’ils n’ont pas de plan en place maintenant, et qu’il ne s’attendait pas à avoir un poste d’entraîneur principal vacant si tôt dans la saison. Et parmi les options proposées comme successeur, toutes me paraissent vouées à l’échec. Danny Ward, la cote la plus basse de Betfred, est un ancien favori des Rhinos, mais il est peu probable que son expérience en tant qu’entraîneur de Londres soit considérée comme suffisante pour venir réparer cet énorme gâchis. Brian McDermott m’a dit qu’il ne reviendrait jamais en arrière, l’entraîneur de Hull KR Tony Smith est susceptible de partager cet état d’esprit, et l’assistant de Smith – la légende de Leeds Danny McGuire est encore en train d’apprendre son métier. Il y a un peu de bruit derrière les références de McGuire donnant son statut de légende à Leeds, mais pour moi, cela semble beaucoup trop tôt. Tout cela pourrait voir Hetherington s’envoler pour l’Australie pour quelques semaines.