Football

La victoire de Man City sur Aston Villa montre de la substance, mais pas leur histoire d’outsider

La victoire de Man City sur Aston Villa montre de la substance, mais pas leur histoire d'outsider
161views

Cela fait longtemps que l’histoire de Manchester City n’a pas pu être décrite comme une histoire d’outsider. Pour certains, ils ont cessé de revendiquer ce statut le 1er septembre 2008, date à laquelle ils sont montés en flèche dans le palmarès après avoir été rachetés par le groupe Abu Dhabi United. Peut-être ont-ils renoncé à leur statut d’outsider le 13 mai 2012, lorsque Sergio Aguero a marqué contre les Queens Park Rangers pour décrocher le premier de nombreux titres de Premier League.

Mais l’année est maintenant 2023 et quelle que soit la façon dont vous le regardez, City fait partie de l’élite du football depuis plus d’une décennie. Cela fait longtemps qu’ils n’ont pas réussi à écrire une histoire convaincante d’outsider.

EN SAVOIR PLUS:

  • Southampton limoge Nathan Jones
  • Boing boing : le nouvel accord de Corberan donne un coup de pouce à Baggies
  • Cotes de Premier League avec Betfred*

Leur guerre contre l’UEFA, largement motivée par une sanction du fair-play financier en 2014, les a peu appréciés. Aujourd’hui, ils faisaient rage contre la Premier League après que l’organisation les ait accusés de plus de 100 manquements financiers. Cela sonne un peu creux lorsque l’équipe qui siège au sommet de la Deloitte Football Money League agit comme si elle était un vairon écrasé sous la coupe des entreprises.

Au milieu des chants incendiaires et des huées de l’hymne de la Premier League, un match de football a eu lieu au stade Etihad dimanche après-midi. Il est venu contre Aston Villa, une équipe contre laquelle City pourrait revendiquer une catégorie de statut d’outsider. L’équipe des Midlands se vante d’avoir une Coupe d’Europe, ce que les Cityzens n’ont pas encore réalisé.

Compte tenu de leur trébuchement à Tottenham Hotspur il y a une semaine, il n’y avait aucun appétit dans le camp de la ville pour faire de celui-ci un concours. Bernardo Silva s’est faufilé derrière et a tiré un solide arrêt des pieds d’Emi Martinez. Le gardien vainqueur de la Coupe du monde figurait en bonne place quelques instants plus tard, lorsque City s’est vu refuser un but pour une faute sur Martinez par Erling Haaland dans la préparation.

L’ouvreur est arrivé par Rodri, qui a profité d’une très mauvaise défense sur un corner. Courant vers le poteau avant sans contestation, le milieu de terrain avait tout le temps et l’espace dont il avait besoin pour propulser une tête à la maison. C’était un manquement au devoir de la part des hommes d’Unai Emery.

L’ancien homme de Villa, Jack Grealish, a eu une volée bien frappée bloquée par Callum Chambers et un pied latéral sauvé par Martinez. Mais City ouvrirait les vannes. Haaland semblait être allé trop loin en attaque, mais il a utilisé sa position pour centrer Ilkay Gundogan. L’Allemand, qui a marqué un doublé contre Villa le dernier jour de la saison dernière pour décrocher le titre, a eu un tap-in pour porter le score à 2-0.

Le jeu a été mis hors de portée de Villa avec un peu de jeu apparent de Grealish. Le milieu de terrain offensif s’est faufilé derrière Jacob Ramsey avant de s’effondrer sous un défi qui se situait quelque part entre minime et inexistant. Riyad Mahrez n’était pas dans le domaine de la recherche des faits et a quand même bloqué le penalty qui en a résulté.

Avec City trois buts au bon et après que l’attaquant ait été soigné en première mi-temps, Haaland a été remplacé au début de la seconde par Julian Alvarez. Ruben Dias, réservé, a également cédé la place à Manuel Akanji. L’entraîneur Pep Guardiola semblait déterminé à profiter de la liberté que la suprématie de son équipe lui avait offerte.

Juste au moment où il semblait que ce jeu se déroulerait jusqu’à sa conclusion, City est devenu trop laxiste. Le ballon occasionnel d’Aymeric Laporte à Silva au milieu de terrain a été coupé par Douglas Luiz. Le Brésilien a trouvé Ollie Watkins, qui a inséré le ballon dans le coin inférieur devant Ederson. Même immédiatement après, vous n’aviez pas l’impression que ce but ébranlerait City. Mais c’était un doux rappel qu’ils étaient dans un match.

City a répondu avec plus de détermination. Kevin De Bruyne a trouvé Gundogan, dont la balle large a trouvé Grealish. L’ailier anglais a relevé le ballon au deuxième poteau pour Alvarez, dont la tête a été dégagée par Ezri Konsa. Mahrez avait aussi une baby-sitter, lorsque De Bruyne a relâché Alvarez pour lui faire face. L’international algérien n’a pu retrouver les tribunes qu’avec ses efforts.

Sur le terrain, City était presque irréprochable ici. Ils le sont souvent, en particulier pendant l’ère Guardiola au cours de laquelle ils ont été incroyablement dominants. Mais City, malgré toute l’appréciation de leur style sur le terrain, peut se retrouver sur une île en ce qui concerne son dernier combat contre l’injustice perçue. De nombreux observateurs pensent que les poulets du club rentrent à la maison pour se percher et que toutes les plaintes, les chants et les abus dirigés contre la ligue ne sont que des raisins aigres.

dernières cotes de football*

*18+ | BeGambleAware | Les cotes sont sujettes à changement