Football

Les Rangers et le Celtic ne sont pas à la hauteur en Ligue des Champions.

Une nouvelle misère européenne pour le Celtic, qui reçoit une leçon de football de la part de Leverkusen.
108views

Le football écossais se trouve dans la position inhabituelle d’avoir besoin d’une équipe extérieure à Glasgow pour que le coefficient UEFA de cette saison reste respectable. Le Celtic et les Rangers peinent en Champions League, et Hearts doit alléger le fardeau.

La troisième journée de la compétition d’élite européenne a été une nouvelle expérience humiliante pour la Old Firm, et l’optimisme s’amenuise rapidement. Les défaites donnent à réfléchir et le facteur plaisir est inexistant.

Le Celtic, à son crédit, a été compétitif dans chaque match de groupe et a cherché à imposer son style agressif, tandis que les Rangers, sans but, ont mis en œuvre une approche de sécurité d’abord. Les systèmes sont contrastés, mais aucune des deux méthodes ne donne de résultats.

LIRE LA SUITE :

  • La blessure de Kyle Walker donne du fil à retordre à Southgate.
  • Steve Bruce, succès impopulaire ou échec total ?
  • Pari sur les groupes de la Ligue des Champions avec Betfred*.

Ange Postecoglou a commenté le manque d’expérience récente du Celtic en Champions League, et les deux clubs de Glasgow ont reçu suffisamment de preuves pour savoir à quel point le haut niveau peut être impitoyable. C’est une courbe d’apprentissage, mais ce n’est pas une grande consolation pour deux clubs fiers et habitués à gagner.

Mercredi soir, contre le RB Leipzig, la défense du Celtic a craqué à plusieurs reprises sous la pression. Plutôt que de gérer soigneusement la situation et de chercher à résister à la tempête, Joe Hart a souvent distribué le ballon presque aussi vite qu’il l’a récupéré. Le gardien de but suit les instructions de son manager, mais une approche aussi inflexible est contre-productive face à des adversaires disposant de ressources supérieures.

La volonté du Celtic d’engager des hommes vers l’avant est louable, mais il a régulièrement du mal à trouver le bon équilibre entre la défense et l’attaque. Trop souvent ces dernières années, un trou béant apparaît au milieu de terrain – comme ce fut le cas pour l’ouverture du score de Leipzig – et de nombreux managers ont eu du mal à résoudre ce problème.

Les Hoops font preuve de naïveté en Ligue des champions, mais au moins ils ont une identité. Ce que les Rangers tentent d’atteindre n’est pas clair, et leur performance timide à Anfield était aussi déplorable que celles contre l’Ajax, le Celtic et l’Union Saint-Gilloise. Seul Allan McGregor a empêché une nouvelle défaite, et le manque de confiance était évident dès le premier coup de sifflet.

La qualité de Liverpool ne fait aucun doute, ils ont atteint trois des cinq dernières finales de la Ligue des champions, mais les Rangers ont été trop passifs et serviables. L’incapacité à conserver une possession de balle facile était alarmante, et ce n’est que lorsque le match s’est calmé à un rythme de témoignage que Giovanni Van Bronckhorst a fait appel à la vitesse nécessaire sur le banc.

Le style de jeu sous la direction de l’obstiné Hollandais est fade, et les performances à l’extérieur sont aussi inspirantes que ses réflexions d’après-match. Les Rangers sont dans un groupe impitoyable, l’un des plus difficiles, mais cela n’excuse pas un manque de cohésion ou de résistance.

Bien qu’il n’ait récolté qu’un seul point dans le groupe jusqu’à présent, le Celtic est toujours en course pour la deuxième place. Les prochains matches à domicile contre le RB Leipzig et le Shakhtar Donetsk seront déterminants pour leur avenir. Ils peuvent prolonger leur participation à la compétition – ou du moins prolonger leur intérêt jusqu’à la sixième journée.

Les Rangers cherchent à éviter l’indignation de six défaites en phase de groupes, et au vu des preuves, cela semble plus probable qu’improbable. Les éléments éprouvés ont échoué à plusieurs reprises en Europe cette saison, et Van Bronckhorst devrait être plus expérimental dans son approche pour les rencontres restantes.

En Ligue des champions, le Celtic doit ressembler davantage aux Rangers, et le club d’Ibrox doit ressembler davantage à ses féroces rivaux. Les deux équipes, d’un point de vue stylistique, sont à l’opposé l’une de l’autre, et trouver un terrain d’entente serait plus bénéfique.

A mi-chemin de la phase de groupe, il serait difficile de conclure autre chose que les Rangers et le Celtic ne sont pas à la hauteur en Ligue des Champions. La disparité financière entre les riches et les pauvres est énorme – et la preuve en est évidente sur le terrain.

*18+ BeGambleAware