Ligue de rugby

Rugby League Classics : La nuit où l’Australie n’a pas gagné la Coupe du monde

Rugby League Classics : La nuit où l'Australie n'a pas gagné la Coupe du monde
65views

Cette fois-ci, c’était différent, même avant le coup d’envoi. L’Australie avait remporté les six dernières Coupes du monde de rugby et était à domicile. Elle avait déjà battu la Nouvelle-Zélande lors du premier week-end du groupe A sur le score retentissant de 30-6. L’issue de la finale de la Coupe du monde 2008 n’aurait pas dû faire de doute.

Mais le haka cérémonial nous a donné un avant-goût du piquant à venir. L’Angleterre avait tourné le dos à la danse guerrière de la Nouvelle-Zélande lors de leur rencontre de groupe, puis avait finalement fait front en demi-finale. Tout le monde se demandait ce que l’Australie allait faire.

Les Kangourous sont passés à l’offensive, avançant à grands pas, bras croisés, pour se retrouver nez à nez avec les Kiwis. Le bruit généré dans le Suncorp Stadium de Brisbane, alors que Paul Gallen et David “Wolfman” Williams affrontaient Adam Blair et Isaac Luke à mi-haka, a probablement été entendu dans toute l’Australie. Le chaudron porte bien son nom avant même qu’un ballon ait été botté, mais les yeux des visiteurs brillent toujours. Ils n’ont pas été intimidés, ils ont été encouragés.

LIRE LA SUITE :

  • RL Classics : La magie de Burrow permet à Leeds de remporter la Grande Finale.
  • RL Classics : Le moment “Wide to West” (du large à l’ouest)
  • RL Classics : GB bat l’Australie en 1992

La Nouvelle-Zélande est sortie des blocs rapidement, et seul un cafouillage de Benji Marshall sur la ligne d’essai après un coup de pied de Nathan Fien l’a empêchée de marquer le premier but. Les Australiens leur faisaient payer lorsque Darren Lockyer et Williams passaient pour des essais dans une succession rapide pour ouvrir une avance de 10-0 et dès que Lockyer passait de nouveau au-dessus, le match semblait terminé.

LE HAKA D'AVANT-MATCH A MIS LE FEU AUX POUDRES.

LE HAKA D’AVANT-MATCH A FAIT TOMBER LA SALLE.

Mais les reprises vidéo ont montré que le demi-arrière avait perdu le ballon sur le chemin de la ligne et les Kiwis ont profité de la nouvelle vie qui leur était offerte. Jeremy Smith s’écrasait sous les bâtons pour ouvrir le score, puis Jérôme Ropati bondissait après que Marshall se soit fait enlever le ballon dans un plaquage. D’un déficit apparent de 16-0, la Nouvelle-Zélande était soudainement en tête 12-10.

Lockyer marquait un deuxième but – cette fois-ci de manière légale – pour donner à l’Australie un avantage étriqué de 16-12 à la mi-temps, mais lorsque le show-and-go de Lance Hohaia le menait à travers une brèche au début de la deuxième période, les Kiwis avaient une avance qu’ils étaient destinés à ne pas perdre. Si 18-16 n’était pas la plus grande des marges, c’était suffisant pour ébranler les Australiens, jusque-là dominateurs. L’essai suivant a servi à souligner ce point et est devenu le moment le plus rejoué de la nuit.

Marshall envoyait un coup de pied au-dessus de la ligne défensive et la légende Billy Slater récupérait le ballon. Mais en essayant de dépasser Manu Vatuvei, Slater s’est retrouvé en déséquilibre et a quitté le terrain à 10 mètres de sa propre ligne. Connu pour son esprit d’initiative, l’arrière tentait une passe audacieuse mais paniquée par-dessus son épaule, qui n’arrivait nulle part près de ses coéquipiers malchanceux et était reprise par Marshall pour un essai. Les fissures dans la couronne étaient là pour que tout le monde puisse les voir.

SLATER REJETTE LE BALLON EN DÉSESPOIR DE CAUSE, PERMETTANT À MARSHALL DE MARQUER.

SLATER REJETTE LE BALLON EN DÉSESPOIR DE CAUSE, PERMETTANT À MARSHALL DE MARQUER.

Greg Inglis aurait pu marquer ensuite pour réduire l’écart à 22-20, mais les Kiwis gagnaient encore toutes les batailles psychologiques et étaient toujours en passe de réaliser l’impensable. A 10 minutes de la fin, un autre moment de folie australienne a donné aux visiteurs une avance de deux points.

La grubber de Nathan Fien rebondissait devant Joel Monaghan au moment où il tentait de récupérer le ballon à cinq mètres devant la ligne des Kangaroos. L’instinct de l’ailier était de jeter son bras gauche sur la poitrine de Hohaia qui avançait, alors qu’un essai semblait être une certitude. Après un long examen par l’arbitre vidéo Steve Ganson, un essai de pénalité est accordé. A 28-20, le règne de 33 ans de l’Australie sur la ligue internationale de rugby prenait fin.

Blair ajoutait un autre essai après avoir récupéré un ballon rebondissant, et le résultat de 34-20 était aussi catégorique que l’approche adoptée par l’équipe de Stephen Kearney. Personne en dehors de leur équipe ne croyait vraiment que cela pouvait arriver, mais la Nouvelle-Zélande avait battu l’Australie – en Australie – pour mettre fin à une dynastie de rugby.

Les années qui ont suivi n’ont fait que prouver à quel point ce résultat était un retournement de situation. En 2013, l’Australie a pris sa revanche à Old Trafford, en battant la Nouvelle-Zélande 34-2 en finale de la Coupe du monde. En 2017, les Kiwis ont été éliminés par les Fidji sans même marquer un essai en phase éliminatoire. L’Australie, bien sûr, a encore gagné.

Une seule fois en 50 ans, la Coupe du monde a été gagnée par quelqu’un d’autre que l’Australie.Les Kangaroos, et à quelques semaines de l’événement de 2021, il faudrait être bien courageux pour s’opposer à l’obtention d’un neuvième titre en 10 tentatives. Chaque Coupe du monde qui passe rend cette nuit à Brisbane en 2008 encore plus légendaire.

ANGLETERRE 13/2 POUR GAGNER LA COUPE DU MONDE DE RUGBY – BETFRED*

*18+ BeGambleAware Cotes sujettes à modification