Football

Steve Bruce : succès impopulaire, échec total ou quelque chose entre les deux ?

Steve Bruce: Unpopular Success, Complete Failure Or Somewhere In Between?
117views

“Je ne suis pas la tasse de thé de tout le monde,&rdquo ; dit Steve Bruce avec une certaine régularité. Après avoir dirigé 11 clubs sur un total de 12 périodes couvrant 1031 matchs, il n’est pas surprenant qu’il ait déplu à certaines personnes. Et avec la défaite 1-0 de West Bromwich Albion à Preston North End mercredi, il se retrouve à nouveau sur la sellette.

Albion est maintenant dans les trois derniers rangs du Championship, malgré les nombreuses acquisitions de l’été. Bruce était censé arriver et répéter son exploit de faire monter des équipes en Premier League, mais pour l’instant, c’est l’autre porte de sortie de la deuxième division qui se présente à eux.

Pour beaucoup, c’est la fin de l’aventure pour l’homme de 61 ans. Certains neutres ont eu de la peine pour lui lorsqu’il a été licencié après un seul match de la nouvelle révolution de Newcastle United en octobre 2021, mais rares sont ceux qui peuvent prétendre qu’il n’a pas manqué de réussite à The Hawthorns cette année. Mais si c’est le dernier rôle de Bruce, quel sera son héritage ?

LIRE LA SUITE :

  • Pourquoi City n’est pas la destination finale pour Haaland
  • Simon Weaver, l’entraîneur le plus ancien de l’EFL, s’est exprimé sur le rôle de l’entraîneur. Simon Weaver, le plus ancien manager de l’EFL, à propos de son passage à Harrogate Town
  • West Brom 25/1 pour être relégué – Betfred *

Ses quatre promotions depuis la deuxième division sont sa marque d’honneur. C’est ce qui a fait de lui un manager très prisé des clubs de Championship. Ce qu’il a accompli à ce niveau ne s’est pas traduit par autre chose qu’une stabilité morose en Premier League, mais cela a été une proposition suffisamment attrayante pour la majorité des clubs qu’il a dirigés tout au long de sa carrière.

Il a été promu deux fois en six ans à Birmingham City, bien qu’il n’ait pas toujours été très apprécié par les supporters. Lorsqu’ils étaient sur la pente descendante en 2006, les fans des Blues ont réclamé sa tête, et la même chose s’est produite lorsque leur équipe a connu des difficultés la saison suivante. Mais Bruce a remis le train sur les rails et a contribué à assurer un retour immédiat en première division avant de quitter le club en raison d’un désaccord avec le conseil d’administration.

Hull City a également accédé deux fois à la Premier League sous la direction de Bruce, son seul autre mandat à durer plus de deux ans. Un club qui n’a été dans l’échelon supérieur du football anglais que pendant cinq saisons sur ses 118 ans d’histoire doit remercier l’ancien défenseur de Manchester United pour trois d’entre elles.

BRUCE LEFT SHEFFIELD WEDNESDAY AFTER JUST 18 GAMES

BRUCE A QUITTÉ SHEFFIELD MERCREDI APRÈS JUSTE 18 JEUX

Alors pourquoi est-il autant cloué au pilori ? S’il a été un si mauvais manager, pourquoi 11 clubs ont-ils choisi de lui donner une chance ? Des clubs aussi prestigieux qu’Aston Villa, Newcastle, Sunderland et Sheffield Wednesday ont tous fait appel à lui à un moment ou à un autre. Mais dans aucun d’entre eux, il n’a régné plus longtemps que les 102 matches qu’il a présidés à Villa.

Son incapacité à aller jusqu’au bout d’un travail a été le bâton avec lequel on l’a battu à certains endroits, son refus d’avancer assez vite a été le problème à d’autres. Il n’a tenu que huit matches lors de son premier passage à Wigan Athletic, puis seulement 68 lors de son retour six ans plus tard. Après avoir quitté le JJB Stadium en 2001, il a filé directement de Crystal Palace à l’arrivée de Birmingham. [En 2019, il s’est vu offrir l’opportunité de diriger Wednesday mais a demandé à honorer d’abord des vacances en famille en raison de la mort récente de ses deux parents. Après que le club ait absorbé les critiques nationales pour avoir autorisé cette demande, il n’est resté à Hillsborough que 18 matchs avant de démissionner et de se diriger vers Newcastle. S’il n’a pas une très bonne réputation, ces choix de carrière hésitants pourraient n’en être que quelques raisons.

Et pourtant, il a plus que mérité sa réputation parmi les propriétaires de clubs pour avoir l’influence nécessaire pour faire le travail. Avant son arrivée, Birmingham n’avait pas accédé à la première division depuis 16 ans, tandis que Hull n’y avait accédé qu’une fois dans son histoire. Il a également amené les Tigers à leur seule apparition en Europe, tandis que Villa avait besoin d’une main ferme après l’échec de Roberto Di Matteo et Bruce les a amenés à un match près de la promotion. Même à Wednesday, il a pris un club qui était autrement sur un déclin constant et les a conduit à des performances améliorées et l’espoir de quelque chose de mieux que la médiocrité du milieu du tableau.

Sunderland ? Ils l’ont licencié après des 13e et 10e places en Premier League, puis ont enchaîné les remplacements alors qu’ils glissaient progressivement vers une inévitable relégation en 2017, dont ils ne sont toujours pas revenus. Puis, lorsqu’on lui a remis les clés de son royaume local à Newcastle, il a été déprécié dès le premier jour par les fans qui détestaient le propriétaire Mike Ashley, et n’a jamais été accepté, même après avoir égalé la 13e place de son prédécesseur bien-aimé Rafa Benitez la saison précédente, puis l’avoir améliorée l’année suivante.

Bruce n’allait jamais gagner le moindre titre de Premier League. Son argument de vente était de transformer des équipes défaillantes en unités stables. Dans certains clubs, cela a fonctionné pendant un certain temps, dans d’autres, c’était un projet à plus court terme. Pourtant, où qu’il aille, il s’est trouvé des ennemis. Les fans semblaient toujours en vouloir plus, certains à juste titre, d’autres moins.

On peut comprendre que ce soit le dernier hourra pour Bruce. Son temps à West Brom est terminé, et beaucoup diraient que son temps dans le football était presque terminé il y a quelques années. Mais le classer comme un aventurier et rien de plus serait sous-estimer ce qu’il a été capable d’accomplir au cours d’une carrière de 24 ans que beaucoup de managers plus appréciés auraient aimé avoir.

*18+ | BeGambleAware | Odds Subject to Change